Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
6 décembre 2019 5 06 /12 /décembre /2019 15:58
Oranges amères

Oranges Amères

La littérature est le visage d'un pays.

Texte intégral

 

 

« Oranges amères raconte l'histoire d'un « impossible » amour entre une jeune algérienne,Yasmina, et Michel, un jeune Français, juste après l'indépendance de l'Algérie. L'amour de la littérature, de la poésie et du théâtre leur donnera la force et les raisons de s'aimer au-delà des préjugés. »

 

 

Alger, Paris – 1962

YASMINA

Algérienne et musulmane, elle a été l'une des rares jeunes filles arabes à suivre une scolarité française en classe élémentaire. Malgré d'excellents résultats et une aptitude certaine à la langue française, elle doit abandonner des études prometteuses pour travailler et aider sa famille. Elle continue cependant à étudier le soir en cachette et découvre la littérature grâce à une professeure de français qui croit en elle, Madame Moisan. Elle grandit dans la Casbah d'Alger où elle tient le magasin familial d'épices et de primeurs. Elle connaît Michel depuis l'enfance, jeune et beau français, dont elle est amoureuse. Les événements en Algérie précipitent leur histoire. Elle se retrouve déchirée entre l'indépendance de son pays et le départ pour la France du garçon qu'elle aime. Elle sera l'une des premières déçues de cette nouvelle Algérie, comprenant très vite les limites du parti unique, les restrictions de liberté et l'omniprésence religieuse. Elle se sent désormais étrangère chez elle et ne reconnaît plus son Algérie.

 

MICHEL

Né en Algérie mais Français de souche, il est issu d'une famille de colons originaires de France qui a fait fortune dans le commerce. Il profite de la réussite familiale pour jouir d'une jeunesse dorée. Indolent et charmeur, Michel aime la vie en Algérie qu'il considère comme « son paradis ». Son retour forcé en France en juin 1962 mettra un terme à des années d'insouciance. Lui qui pensait simplement « rentrer chez lui » découvrira avec stupeur qu'il n'y est pas le bienvenu. Son intégration se fera dans la douleur. Il ne trouve plus ses marques et se sent étranger dans son propre pays. Mais est-ce vraiment son pays ? Lui qui était acteur de sa vie en Algérie, se sent en  France  le  spectateur d'une société qu'il ne comprend pas. Le rôle de Yasmina dans sa quête d'une nouvelle identité sera prépondérant. Grâce à la littérature, elle connaît mieux que lui « l'Esprit Français » et saura le guider dans cette nouvelle vie.

 

KABYLE

Cousin de Yasmina, il veille jalousement sur elle et voit d'un très mauvais œil sa relation avec Michel. Il appelle affectueusement sa cousine Nerh-Nerh (thé à la menthe) ou bien Nana (Zola) en fonction de son humeur et des positions pro-algériennes ou francophiles de sa cousine. Victime lui aussi du changement important que vit son pays, il se retrouve rapidement sans ressources économiques et est contraint de s'exiler et de s'installer en France à son tour. Il ira même jusqu'à tenter de renier ses racines et son accent pour réussir son assimilation mais parviendra finalement à conjuguer sa double identité aux codes de son pays d'accueil. Ses rencontres en France avec Michel puis avec Jacques et Brigitte lui donneront les clés de l'intégration.

 

BRIGITTE

Jeune comédienne, parisienne, bourgeoise et élégante, elle représente ce monde auquel ni Michel ni Kabyle n'ont accès. Muse et comédienne fétiche de Jacques Lasalle, elle attire Michel qu'elle entraînera peu à peu dans son monde, lui demandant inconsciemment de tourner le dos à ses origines s'il veut s'intégrer. Elle est fascinée par sa nature brute et sincère, à l'opposé du microcosme parisien où elle évolue. Elle est l'antithèse, le complément de Yasmina. Superficielle en apparence seulement, elle trouvera sa place dans l'intégration réussie de Yasmina, Michel et Kabyle.

 

JACQUES

Jeune metteur en scène très talentueux, il obtient auprès de Gaston Gallimard les droits de l'adaptation théâtrale du chef-d'oeuvre de Camus : l'Étranger. Il cherche alors désespérément son personnage principal, Meursault, jusqu'au jour où il rencontre Michel à la terrasse d'un café. Il est subjugué par la simplicité du jeune homme, et sent immédiatement en lui un malaise.

Il est la France qui accueille, celle qui juge l'individu en fonction de ses capacités et non de ses origines.

 

ORANGES AMÈRES D'APRÈS UNE IDÉE ORIGINALE

DE SILVIA FONSECA ET FRÉDÉRIC LACHKAR

 

À Michel Santoni.

 

 

Oranges Amères® tous droits réservés – 29 Juillet 2019 - SACD France &Europe Frédéric Lachkar - concession Materlingua saison 2019/2020

 

Attestation de dépôt n° 000377997

Empreinte numérique SHA1 : d004be2cd76d978c723745bdf1fc9c40b72c6000

 

 PROLOGUE

Marché arabe. Souk. Alger 1962

Tous

 

Ya Raya

https://www.youtube.com/watch?v=ge_AE2VtFKY

Ouverture rideau. Sur les 15 premières secondes d'introduction, la ville s'éveille. Les percussions sonnent le début de l'animation du marché. Chalands, artisans, vendeur d'eau et de jasmin, vendeur de journaux à la criée. Des élèves participent à la scène. Passages multiples. Femmes voilées.

Hommes en djellaba. Des enfants jouent au ballon. Chorégraphie sur la chanson.

Ya H'abibi Yalla

https://www.youtube.com/watch?v=ZHwtxCJ4iw

SCÈNE 1

Yasmina, Kabyle

 

Yasmina

...Kabyle ? Tu m'as fait peur !

 

Kabyle

« Basa Alkhyr » ma cousine.

 

Yasmina

Bonsoir mon cousin...

 

Kabyle

Tout va bien ?

 

Yasmina

Grâce à Dieu, tout va bien...

 

Kabyle

Tu sais quelle heure il est ?

 

Yasmina

Tard ?

 

Kabyle

Très. Tu devrais déjà être rentrée au village... Tu fais des heures supplémentaires ?

 

Yasmina

Je … n'ai pas vu le temps passer. Je vais bientôt fermer la boutique. Ne t'inquiète pas. Merci

 

 Kabyle qui n'a pas l'intention de se faire congédier aussi rapidement

Tu sais Yasmina. Depuis que ton père est parti, je suis responsable de toi. Je te considère comme ma petite sœur...mais parfois j'ai du mal à te comprendre....

 

Yasmina

Kabyle

Tu es comme absente, perdue dans tes pensées.. ou dans tes livres. Ça n'est pas bien.

Et puis cette relation avec ce Français....

 

Yasmina l'interrompt

Tu as raison Kabyle. Je vais faire un effort. Merci

Kabyle

Les gens parlent Yasmina. Ils disent les pires choses sur toi. Que tu es du côté des Français, qu'au moment de la libération de notre pays, tu vas nous trahir...

Yasmina

C'est ce que tu penses ?

Kabyle

Moi ? Bien sûr que non....

Yasmina

Alors ?

Kabyle

Mais moi, ça n'est pas eux... Tu parles plus français qu'arabe, tu adores leur culture, leurs poèmes, leur littérature... Arrête de lire ! Ça sert à quoi ? …

Quand tu étais petite tout le monde t'appelait Nerh Nerh – le thé à la menthe... Parce que tu étais parfumée et rafraichissante comme la menthe sauvage qui pousse dans nos montagnes. Mais maintenant tu sais comment on t'appelle en ville ? Nana !

Yasmina

Nana ?

Kabyle

Ouais Nana, une Nana, une nénette, une fille quoi.. Salut tu vas bien ? Qui c'est celle-là ? C'est ma

Nana !

Yasmina

Ça doit venir d'Emile Zola...

Kabyle

Zola, un italien ? Je ne le connais pas.

Yasmina

Zola n'est pas italien, il est français.

Kabyle

Un français ? Ça ne m'étonne pas...attends que je le trouve celui-là, tu vas voir s'il va parler de ma cousine...

Yasmina

Il est mort !

Kabyle

Il est mort ? Le pauvre. Quand ?

Yasmina

Il y a 60 ans...

Kabyle

Il y a 60 ans... ? Alors comment peut-il t'appeler Nana ?

Yasmina

Nana... Emile Zola, c'est un roman. Zola, c'est l'un des plus grands écrivains Français... J'accuse !

Kabyle

Qui ?

Yasmina

Pardon ?

Kabyle

Qui tu accuses ?

Yasmina

Personne Kabyle.. personne. C'est Emile Zola qui accuse, pas moi. Il accusait l'état-major Français.

Kabyle

C'est bien ce que je disais. Un fou ! On ne peut rien contre l'armée française ! Mais retournons plutôt à nos chameaux. Ce roman, le roman de Nana.. ça parle de quoi ?

Yasmina

D'une femme libre.

Kabyle

Voilà. C'est ça ! Exactement ! Tu es trop libre ! Tu réponds, tu vas, tu fais, tu ries, tu danses...

Yasmina

Je vis quoi....

Kabyle

Oui tu vis ! Voilà ! Mais tu vis trop !

Yasmina

Trop ?

Kabyle

Oui ! Trop ! Comme une française. Tu trouves que c'est bien, les françaises ?

Elles se maquillent avec du maquillage...du rouge sur les lèvres pour qu'on voie bien leur bouche, elles sortent en jupes pour qu'on voit bien leurs cuisses, elles mettent du vernis sur les ongles des pieds pour qu'on voie bien les doigts de leurs pieds     et les mises-en-plis des cheveux et les décolletés... (il se dandine)

Yasmina

Ça n'a pas l'air de te déplaire....

Kabyle

Moi ? Je ne touche qu'avec les yeux...

Yasmina

Je ne comprends pas. Tu nous as toujours dit que tu voulais partir en France !

Kabyle

Je veux partir en France mais seulement pour gagner un peu d'argent et revenir au pays. Comme ton père.

Yasmina

Mon père n'est jamais revenu et il a abandonné sa famille....

Kabyle

Ne dis pas ça ! On pourrait nous entendre.

Yasmina

Je me moque de ce que les gens pensent de moi !

Kabyle

Et bien pas moi ! Tu portes le nom de nos ancêtres, comme moi. Yasmina Benguigui. Ben-Guigui, fille de Guigui ! Tu viens d'une grande famille berbère. Tu portes ce nom comme un héritage. Tu ne peux pas te comporter comme tu veux ! Tu ne peux pas du jour au lendemain devenir Française.

Yasmina

Je suis Algérienne !

Kabyle

Alors prouve-le !

Yasmina

Je n'ai rien à prouver à personne ! Je veux être une Algérienne libre !

Kabyle

Avec l'indépendance de notre pays, tout changera, tu verras. Quand les Français partiront, l'Algérie sera à nouveau libre.

Yasmina

Tu te trompes Kabyle. Ce sera pire qu'avant. A peine arrivé au pouvoir, le FLN fera tout pour se démarquer de la France. Il fera exactement le contraire. On retournera en 1830. Avant l'occupation de notre terre.

Kabyle

Il y aura toujours des hommes qui s'élèveront et qui lutteront pour leur liberté ! Et ils changeront la société. Et ils bâtiront un avenir meilleur pour tous les algériens !

Yasmina

Des hommes et des femmes, Kabyle. Et j'en ferai partie.

Kabyle

Oui, oui. Des hommes et des nanas...

Que Dieu t'entende ma cousine...et qu'il te vienne en aide.

 

Yasmina

Amen...

 

Kabyle se dirige vers la sortie.

 

Yasmina

Kabyle... ? Merci.

 

Kabyle

Un dernier conseil Nerh Nerh...arrête de fréquenter ce Français. De toutes façons il partira avec les autres.

 

Yasmina

Tu as raison....Il partira avec les autres...

 

Il sort

 

 

SCÈNE 2

Yasmina, Michel

 

 

 

L'encre de tes yeux – Francis Cabrel

https://www.youtube.com/watch?v=SRuGrWzweRM

 

Yasmina

Puisqu'on ne vivra jamais tous les deux Puisqu'on est fou, puisqu'on est seuls, puisqu'ils sont si nombreux

Même la morale parle pour eux

 

 

J'aimerais quand même te dire Que tout ce que j'ai pu écrire

Je l'ai puisé à l'encre de tes yeux

 

 

Yasmina

Michel !

 

 

entre Michel

Je n'avais pas vu que tu portais des chaînes

 

À trop vouloir te regarder j'en oubliais les miennes

On rêvait de Venise et de liberté

 

 

Yasmina et Michel

à deux voix

J'aimerais quand même te dire que tout ce que j'ai pu écrire

C'est ton sourire qui me l'a dicté

 

Yasmina

Tu es venu...

 

ils s'enlacent, émus.

 

Michel

C'est pour demain. Mon père a pris les billets sur le premier bateau...

 

Yasmina

Alors ça y est? Tu rentres chez toi?

Michel

Chez moi, c'est ici, tu le sais bien.... je reviendrai Yasmina. C'est une affaire de quelques semaines.

 

Yasmina

Quelques semaines... ?

 

Michel

La situation est trop tendue pour l'instant. (inquiet) Tu as lu les inscriptions sur les murs de la ville? “La valise ou le cercueil”. Tu ferais quoi à ma place?

 

Yasmina

Je ne suis pas à ta place...

 

Michel

Viens avec moi!

 

Yasmina

On en a déjà parlé Michel. L'Algérie est mon pays. Et puis.. qu'est-ce que je ferai en France?

 

Michel

Des études? Les études que tu ne peux pas faire ici. Tu pourrais écrire ? Raconter ton histoire... ?

 

Yasmina

Ça n'intéresse personne. Surtout en ce moment. Les Français ne veulent plus entendre parler de l'Algérie.

 

Michel

Et les Algériens ne veulent plus voir de Français...

 

Yasmina

Et nous ?

 

Michel

Nous.. c'est autre chose.

 

Yasmina

C'est quoi ?

 

Michel

Tu es la plus française des Algériennes et moi, le plus Algérien des Français. C'est pour ça qu'on s'aime.

 

Yasmina

Alors on ne peut pas s'aimer si on est différents ? Je veux dire vraiment différents ?

 

Michel

Oui...mais il faut des choses en commun...

 

Yasmina

Les valeurs sont universelles, non ? Le respect, l'amitié, la connaissance... ?

 

Michel

La religion, les traditions ?...Je ne sais plus. Peut-être que tu as raison.

 

Yasmina

Promets-moi de m'appeler chaque soir.

 

Michel

Bien-sûr, je vais essayer...

 

Yasmina

Promets-le moi ! Je resterai ici dans la boutique à attendre ton appel. Je regarderai le ciel s'assombrir en pensant à toi. Et à la première étoile, le téléphone sonnera et j'entendrai ta voix.

 

Michel

À la première étoile ? Mais peut-être qu'à Paris on ne voit pas les étoiles comme ici ? Peut-être que des nuages les cachent ou que les lumières de la ville empêchent de les voir?

 

Yasmina

Tu appelleras plus tôt ou plus tard. Peu importe. Je serai là. Promets-le moi !

 

Michel

Je te le promets. Et toi promets-moi une chose. De continuer à écrire et à étudier.

De nous tous, tu étais la plus intelligente à l'école et maintenant … tu vends des épices et du couscous dans ce magasin...

 

Yasmina

Il n'y a pas de honte à faire vivre sa famille. (…) J'ai un cadeau pour toi... (elle va prendre un cahier)

 

Michel

Mais c'est ton cahier ?

 

Yasmina

Oui. Tu connaîtras toutes mes pensées.

 

Michel

Je ne peux pas accepter...

 

Yasmina

Tu le liras sur le bateau pendant la traversée. J'y parle beaucoup de toi. Tu es le héros de mon roman. Je serai toute proche. Tu emmèneras un bout de moi là-bas. Au pays de Zola.

 

Michel

Pourquoi Zola ?

 

Yasmina

Pour rien...

Michel

Je dois partir Yasmina. Ma famille m'attend. Nous avons fermé la maison ce soir... laissé tous nos souvenirs...les photos, les draps brodés avec les initiales de ma mère, le piano...

 

Yasmina

Tu as peur ? (il ne répond pas). Tu es Français, il ne peut rien t'arriver.

 

Michel

J'ai peur de me sentir perdu là-bas. D'ici tout me manque déjà. Les odeurs, les couleurs, la douceur de vivre...toi....

 

Yasmina

Je serai là. (elle lui montre le cahier qu'il tient dans les mains). Et puis, c'est juste l'affaire de quelques semaines...Quand tu reviendras, nous irons à la mer jouer avec les vagues...

 

La musique reprend.

 

L'encre de tes yeux – Francis Cabrel

https://www.youtube.com/watch?v=SRuGrWzweRM

 

Yasmina

Tu viendras longtemps marcher dans mes rêves

Michel

Tu viendras toujours du côté où le soleil se lève

Et si malgré ça j'arrive à t'oublier

 

 

Yasmina et Michel

J'aimerais quand même te dire que tout ce que j'ai pu écrire

Aura longtemps le parfum des regrets

 

 

Yasmina

Mais puisqu'on ne vivra jamais tous les deux. Puisqu'on est fou, puisqu'on est seuls, puisqu'ils sont si nombreux

Même la morale parle pour eux

 

Yasmina et Michel

J'aimerais quand même te dire tout ce que j'ai pu écrire

Je l'ai puisé à l'encre de tes yeux

 

 

On entend au loin la sonnerie d'un paquebot. Michel une valise à la main.

 

 

J'ai quitté mon pays – Enrico Macias

https://www.youtube.com/watch?v=GYfycZW3zZg

 

J'ai quitté mon pays J'ai quitté ma maison. Ma vie, ma triste vie. Se traîne sans raison. J'ai quitté mon soleil

J'ai quitté ma mer bleue. Leurs souvenirs se réveillent. Bien après mon adieu

Soleil! Soleil de mon pays perdu.

Des villes blanches que j'aimais. Des filles que j'ai jadis connues.

 

 

Michel est à Paris, perdu, sa valise à la main.

Il s'installe à la terrasse d'un café mais voit Yasmina partout.

 

 

Sous le ciel de Paris – Zaz

https://www.youtube.com/watch?v=ydtryV65UGk

                                                                                                                                                        Sous le ciel de Paris

                                                                                                                                                     S'envole une chanson

                                                                                                                                                     Hum hum

                                                                                                                                               Elle est née d'aujourd'hui

                                                                                                                                              Dans le cœur d'un garçon

Sous le ciel de Paris

Marchent des amoureux

Hum hum

Leur bonheur se construit

Sur un air fait pour eux

Sous le pont de Bercy

Un philosophe assis

Deux musiciens, quelques badauds

Puis les gens par milliers

 

 

SCÈNE 3

sans transition

Michel, Agent de police (même comédien que Jacques)

Paris - Bureau d'accueil des émigrés.

 

Michel

Bonjour...Je m'appelle Michel ! Je suis Français....

 

L'Agent

Et moi Marie-Antoinette et je suis Autrichienne ! Prends un ticket Larbi et attends ton tour.

 

Michel tourne dans la pièce et cherche un ticket.

 

Michel

...Où se trouvent les tickets ?

 

L'Agent

C'est moi qui les donne...

 

Michel

Ah...

 

L'Agent

Oui....

 

Michel

Est-que je peux en avoir un ?

 

L'Agent

Un quoi ?

 

Michel

Un ticket ?

 

L'Agent

Suffit de demander...

 

Michel

Est-ce que je pourrais avoir un ticket... ?

 

L'Agent

S'il ?

 

Michel

Vous plaît.

L'Agent

Eh ben voilà Mohamed ! Tu commences à apprendre. Dis, j'espère que tu as du temps...tu as le numéro 868.

 

Michel

868... ?

 

L'Agent

Qu'est-ce qu'on dit ?

 

Michel

Merci...

 

Michel va s'asseoir et attend.

 

L'Agent au micro

Numéro 1 ? On demande le numéro 1...

 

Michel se lève. Incrédule.

 

Michel

Pardon mais vous venez de me donner le numéro 868 ?

 

L'Agent

Et alors?

 

Michel

Et vous appelez le numéro 1 ?

 

L'Agent

Oui.

 

Michel

Mais... nous sommes seuls ?

 

L'Agent montrant la pile de dossiers sur son bureau

Dis donc Abdelkader ! Tu vas pas m'expliquer comment faire mon travail, non ?

Ici c'est la France, tu comprends ? La France ! Alors fous ton cul sur une chaise sinon tu vas avoir des ennuis !

 

Toujours au micro.

 

Numéro 2. Le numéro 2 est attendu au bureau d'accueil....

 

Michel

Mais enfin puisque je vous dis que je suis Français !

 

L'Agent

Tu veux un cours de géographie ?

Au milieu, c'est la France ! Tu vois ? C'est pas par hasard qu'elle est au milieu, tu comprends bien ? Au Nord, y'a les rosbifs et les barbares, à l'Est les boches et les romanichelles et en bas les Espinguoins et les Ritals. Mais toi tu viens d'en face ? Tu comprends pas ? Algérie ! Afrique ! Arabe !!! De l'autre coté de la mer, c'est les Arabes. C'est pour ça que y'a la mer, tu comprends bien ! Oh tu comprends ce que j'te dis, bougnoule ?

 

Délirant, il chante sur l'air de « Travadja la moukère »

 

Mohamed Couscous, quand il pète ça fait d'la mousse. Mohamed il est malade, faut l'emmener à l'hôpital,

 

Michel, dépité, retourne s'asseoir.

 

L'Agent revient à lui après ce moment d'égarement, au micro.

Numéro 3. On appelle le numéro 3...

 

Michel regarde autour de lui puis se précipite.

 

Michel hors de lui

Ecoutez ! Je viens d'Algérie! L'Algérie Française ! De Gaulle, « Je vous ai compris ! ». Vous vous souvenez ? Je suis Français. Français de France ! Voilà ma carte d'identité. Je cherche un travail. Ça devrait être facile quand on est français de travailler dans son propre pays, non ? Et bien non ! Voyez-vous, ça n'est pas facile. J'arrive à Marseille. J'attends un train pour Paris pendant deux jours. Couchés dans la gare, à même le sol. Avec les femmes, les enfants qui pleurent, les vieillards, les toilettes bouchées. Pas assez d'eau pour tout le monde. Plus rien à manger. J'arrive enfin. Je regarde les petites annonces sur le journal du matin. Je me rase. Je me présente et là, on me demande un permis de travail! Un permis de travail! A moi ! Pour me permettre de travailler dans mon propre pays!

 

L'Agent au micro

Numéro 4. On demande le numéro 4.

 

Michel

Aaaaaaah !

 

 

Entre Kabyle

 

Kabyle (accent arabe)

Niméro 4. C'est moi. J'ai gagné. Niméro 4.

 

L'Agent

Tu vois lui aussi c'est un arabe. Comme toi.

 

Michel

Kabyle ??? Mais qu'est ce que tu fais ici... en France ??? Mais.. ?

 

L'Agent

Je vous écoute Monsieur. Que puis-je faire pour vous ?

 

Kabyle

Merci Monsieur. Voilà, je voudrais bien, avec plaisir et délicatesse, le papier du travail. Pour travailler ici. En France. Voilà. (il prononce Wallah)

 

L'Agent

Nom.

 

Kabyle qui comprend « non ! »

Je viens d'arriver. Je vous demande très gentiment le permis du travail et tu dis non ? Raciste !

 

L'Agent

Mais non...Votre Nom ! Je vous demande votre nom.

 

Kabyle

Ah...J'ai cru...Parce que c'est le même mot...nom et non...Le nom zarma ta mère qui t'appelle pour que tu montes manger dans la cuisine, « Kabyyyyle ! C'est prêt ! » « Mmmmh c'est bon » et le non de « ni oui ni non » … tu connais ?

 

L'Agent

Non ?

 

Kabyle

Tu as perdu !

Wallah c'est compliqué le français. Comme par exemple (il s'adresse à Michel)...le mot vert. Celui là il est fort ma parole. Il se transforme comme Superman dans la cabine téléphonique. Regarde Monsieur la police (il chante) «la p'tite souris vert qui courait dans l'herbe, qui mangea le vers du terre, qui buva le verre du lait  »

 

Michel

...qui bu ! Pas qui « buva ».. qui bu !

 

Kabyle chante

qui bu-bu le verre du lait » ça ne marche pas ?

 

Michel

ton nom ?

 

Kabyle

Kabyle.

 

L'Agent

Kabyle (il écrit). Avec un E ?

 

Kabyle

Non avec un K … comme K-membert

 

L'Agent

Votre prénom ?

 

Kabyle

...Kabyle.... ?

 

L'Agent

Vous vous appelez Kabyle Kabyle ?

 

Kabyle

Non.

 

L'Agent perdant patience

Le nom je l'ai. Je vous demande votre prénom ?

 

Kabyle

….

 

L'Agent

Bon reprenons. Quel est votre.. patronyme ?

 

Kabyle

Patron.. Nimes... ?

 

L'Agent

Votre nom de famille ?

 

Kabyle

Benguigui ! C'est le nom de la famille. Tout le monde, il s'appelle Benguigui dans ma famille.

 

L'Agent

Ah alors vous vous appelez Kabyle Benguigui !

 

Kabyle

C'est ça ! Exactement ! Wallah. « Kabyle Benguigui » sur la vie d'ma mère. T'y es intelligent Monsieur la Police.

 

L'Agent

C'est pas très français.... ?

 

Kabyle

Quoi ?

 

L'Agent

Non je dis Kabyle Benguigui...c'est pas très français.... ?

 

Kabyle

C'est pour ça que je suis dans le bureau avec toi. Si je m'appelle Jean Zélysées, wallah je te demande pas le permis!

L'Agent

Bon. Pour savoir si vous avez les capacités à vivre en France et à vous assimiler dans notre pays pour en accepter les règles, il faut passer un test de culture française. Vous avez compris ?

 

Kabyle

Oui oui Kabyle il respecte les règles. Toutes. Les feux rouges. Les passages piétons pour traverser la route. On jette le papier dans la poubelle, pas sur le chien qui passe. On crache pas par terre. Jamais.

 

L'Agent

Vous êtes prêt ?

 

Kabyle

Attention ! Prêt ! Partez !

 

L'Agent

Commençons par le plus simple : le test de prononciation des couleurs. Le soleil est....

 

Kabyle

Chaud ?

 

L'Agent

Non... prononciation des couleurs !

 

Kabyle

Très chaud?

 

L'Agent

Non, non ! La couleur du soleil.

 

Kabyle

La couleur du soleil ? Ça dépend. Rouge ou alors orange. Par exemple dans le désert...

 

L'Agent

Sa couleur en général !!

 

Kabyle

Bon...en général.. il est jaune (il prononce jaune avec un o ouvert : jane)

 

L'Agent

Non Monsieur.

 

Kabyle

Il est pas jane ?

 

L'Agent

Non. Il est jôôône Monsieur

 

Kabyle

Jôôône ? (il prononce Jooohn) ça alors. Michel, en France le soleil il est John !

 

L'Agent

Deuxième question. Quand on est amoureux, on offre des... ? Des... ?

 

Kabyle

Des bonbons?

 

L'Agent

Non. Non!

 

Kabyle

Des gâteaux au miel?

 

L'Agent

La couleur de cette fleur qu'on offre. La fleur de l'amour avec des épines...une... ?

 

Kabyle

Ah...une rose. (o ouvert : rase)

 

L'Agent

Mais non. On offre des rôôôses !!!

 

Kabyle

Des rôôôses...N'empêche que si elle se pique la fille, elle te donne une de ces gifles...

 

L'Agent

Bon pour la prononciation, ça ne va pas du tout. Vous ne savez rien. Vous êtes très mauvais, voilà. Très mauvais. Faisons un pas en arrière. (Kabyle recule). Alors faites travailler vos méninges... (Kabyle remue ses poignées). Et arrêtez de marcher sur des œufs, répondez moi du tac au tac! (réaction de Kabyle). On va pas en faire tout un fromage ?

 

Kabyle perdu

Maître Corbeau.. ?

 

L'Agent

Sinon c'est la fin des haricots !

 

Kabyle

J'ai faim...

 

L'Agent

Et n'essayez pas de me rouler dans la farine ! Parce que vous savez, j'ai le bras long...

 

Kabyle ne comprenant plus rien

Voilà...(il prononce Wallah)

 

L'Agent

Alors commençons par l'Orthographe et tout d'abord les Lettres !

 

Il se lève, Maître de Philosophie de Molière. (Acte 2 scène 4 – Le Bourgeois Gentilhomme)

L'Agent

« Il faut commencer, selon l'ordre des choses, par une exacte connaissance de la nature des lettres et de la différente manière de les prononcer toutes. Et là-dessus j'ai à vous dire que les lettres sont divisées en voyelles, ainsi dites voyelles parce qu'elles expriment les voix; et en consonnes, ainsi appelées consonnes parce qu'elles sonnent avec les voyelles, et ne font que marquer les diverses

articulations des voix. Il y a cinq voyelles ou voix : A, E, I, O, U.

 

Kabyle

J'entends tout cela.

 

L'Agent

La voix A se forme en ouvrant fort la bouche : A.

 

Kabyle

A, A, oui.

 

L'Agent

La voix E se forme en rapprochant la mâchoire d'en bas de celle d'en haut : A, E.

 

Kabyle

A, E; A, E. Ma foi, oui. Ah! que cela est beau!

L'Agent

Et la voix I, en rapprochant encore davantage les mâchoires l'une de l'autre, et écartant les deux

coins de la bouche vers les oreilles : A, E, I.

 

Kabyle

A, E, I, I, I, I. Cela est vrai. Vive la science!

 

L'Agent

La voix O se forme en rouvrant les mâchoires et rapprochant les lèvres par les deux coins, le haut et

le bas : O.

 

Kabyle

O, O. Il n'y a rien de plus juste. A, E, I, O, I, O. Cela est admirable! I, O, I, O.

 

L'Agent

L'ouverture de la bouche fait justement comme un petit rond qui représente un O.

 

Kabyle

O, O, O. Vous avez raison. O. Ah! la belle chose que de savoir quelque chose!

 

 

L'Agent La voix U se forme en rapprochant les dents sans les joindre entièrement, et allongeant les deux lèvres en dehors, les approchant aussi l'une de l'autre sans les joindre tout à fait : U.

 

Kabyle

U, U. Il n'y a rien de plus véritable, U.

 

L'Agent

Vos deux lèvres s'allongent comme si vous faisiez la moue, d'où vient que, si vous la voulez faire à

quelqu'un et vous moquer de lui, vous ne sautiez lui dire que U.

 

Kabyle

U, U. Cela est vrai. Ah! que n'ai-je étudié plus tôt pour savoir tout cela!

 

 

L'Agent

Bien. Attention dernière question. Et je vous conseille de répondre correctement sinon c'est le bateau direct, direction la casbah, retour à la case départ !

Citez-moi trois spécialités culinaires des régions de France.

 

Kabyle

J'ose pas. Les spécialités...culinaires, c'est vulgaire...

 

L'Agent

Mais non ! Des spécialités gastronomiques ! Des recettes de cuisine, quoi ?

 

Kabyle

Alors....le Croque-Monsieur....le Croque-Madame... et le Croque-Mademoiselle ?

 

L'Agent

Non ! Bon, je vous en accepte deux sur trois, c'est pas mal.

Ecoutez, pour moi vous pouvez obtenir un titre de séjour provisoire pour travailler …...

Alors vu votre score...(il compte) Zéro plus zéro égale...

 

Kabyle à Michel

La tête à Momo.

 

L'Agent

Vous pouvez travailler dans le bâtiment. (il lui tend son permis)

 

Kabyle

Le bâtiment ? Au moins je serai au chaud. C'est mieux que de travailler dans la rue ! (regarde autour de lui). Mais dans quel bâtiment exactement ?

 

L'Agent

Dans la construction si vous préférez. Les travaux. Les chantiers quoi. Vous comprenez ?

 

 Kabyle

Mais je ne peux pas choisir mon travail ? Parce que moi je voulais ouvrir un restaurant. Un restaurant oriental. Avec du couscous, des merguez, du thé à la menthe....

 

L'Agent

Ça ne sera pas possible avec votre note. De toutes façons, les arabes qui viennent en France, c'est pour la construction. Les routes, les ponts, les immeubles...

 

Michel se lève

Excusez-moi. Je peux vous poser une question ?

 

L'Agent

 

Michel

Qui a inventé les mathématiques ?

Les Français, les Américains ou les Arabes ?

 

Kabyle

Les Z'arabes !

 

Michel

Qui a inventé la médecine ?

 

Kabyle

Les Z'arabes !

 

Michel

Qui a inventé l'appareil photo?

 

Kabyle

Les Z'arabes ! Kamara : chambre noire

 

Michel

Qui a inventé les échecs ?

 

Kabyle.

Toujours les Z'arabes !

 

Michel

Et que signifie le terme « Échec et Mat »?

 

Kabyle.

Cheikh met ! Le Roi est mort ! Vive le Roi !

 

Michel

500 mots arabes dans la langue française, Monsieur la Police ! Des mots que vous utilisez tous les jours.

Le matin : La Tasse à Moka.. (tous les mots en gras seront projetés sur l'écran)

 

Kabyle

un Café ?

 

Michel

Le Sucre, Le Sirop, le Caramel, la confiture d'Abricot, le jus d'Orange dans la Carafe.

Puis on s'habille pour sortir.

 

Kabyle

Un Sarouel en Coton, un Gilet en Mohair, ou une Jupe en Satin ?

 

Michel

On se coiffe avec de la Laque. On met du Talc. On enfile ses Babouches comme un Nabab.

 

Kabyle

On va chez le Toubib, on fait les Magasins

 

Michel

Puis on part sur la côte d'Azur pour un dîner à la Bougie

un Taboulé, un Kebab aux Épinards, un Sorbet au Potiron.

 

Kabyle

Derrière un Moucharabieh, tu te retrouves en plein Safari avec ta petite Gazelle

 

Michel

Mais comme tu veux le Nénufar de ta Girafe...

 

Kabyle

Hop tu sors ta Raquette ! Et tu l'impressionnes... Si t'as la Baraka, ça finira sur un Matelas.

 

Michel

Mais si son mari l'Amiral vous surprend, ça sent le Mazout.

 

Kabyle

Zéro ! T'es dans l'Goudron !

 

Michel

Roulement de Tambour, on appelle le Chérif qui arrive avec son Arsenal !

 

Kabyle

Tu passeras plus la Douane.

 

Michel

C'est la Razzia. T'as l'Cafard.

 

(Kabyle fait mine de le tuer avec un revolver)

 

Kabyle

Pan ! T'es une Momie.

 

Kabyle crie Al- et Michel finit ses mots.

 

Kabyle et Michel

Al (Kabyle)-gèbre (Michel), Al-cool, Al-chimie, Al-ambic, Al-manach, Al-gorithme...

 

Kabyle.     Al           Capone.

L'agent

Des terroristes ! Au secours ! Au secours !

 

L'Agent sort en courant. Michel et Kabyle tombent dans les bras l'un de l'autre.

 

Kabyle.

La vérité, je savais pas que tu connaissais autant de mots arabes.

 

Michel

C'est ma langue.. de cœur.

 

Kabyle.

Merci akhouya ! (merci mon frère. Ils s'embrassent)

 

Michel

Et Yasmina ? Comment va-t-elle ?

 

Kabyle.

Ça va. Ça va. On a fermé la boutique. Ça devenait trop dangereux. Elle y va seulement le soir pour attendre que tu l'appelles au téléphone. Tu l'as appelée aujourd'hui ?

 

Michel

Pas encore. Je n'ai pas eu le temps.. (Ils se retournent ensemble et voient le téléphone posé sur le bureau de l'agent.)

 

Kabyle

Appelle-la.. C'est la France qui paie. (Michel hésite.)

 

Kabyle

Vas-y j'te dis. Je surveille.

 

Michel appelle. On voit Yasmina prendre l'appel dans l'arrière-boutique de son magasin.

 

Michel

Yasmina ? C'est Michel ?

 

Yasmina

Allô Michel ? C'est toi ? Je t'entends mal...

 

Michel

Tu m'entends Yasmina ? Yasmina, c'est Michel !

 

Yasmina

Michel Ya Habibi...je t'entends très loin...

SCÈNE 4

Michel – Yasmina

 

 

Petit pays – Slimane

https://www.youtube.com/watch?v=G8q_xPkqbdo

 

 

Michel

Comme tu me manques petit pays

Comme tu me manques Comme elles me manquent nos douces nuits

Comme elles me manquent

Comme j'ai eu mal, petit pays

Comme j'ai eu mal De n'plus t'entendre, mon vieil ami

De n'plus t'entendre

À mon pays À ma famille

À mes amis, comme j'ai mal ici

À mon pays À ma famille

À mes amis, comme j'ai mal ici

 

 

Yasmina

Comme tu me manques mon modèle

Comme tu me manques Je chante pour toi cette ritournelle

Comme tu me manques

Comme j'ai eu mal, mon héritage

Comme j'ai eu mal Comme j'ai pleuré, sur mon nuage

Comme j'ai pleuré

 

 

Yasmina et Michel

À mon pays À ma famille

À mes amis, comme j'ai mal ici

À mon pays À ma famille

À mes amis, comme j'ai mal ici

 

Michel

Et puis tu sais, j'ai lu ton journal intime, ton cahier pendant la traversée. C'est magnifique Yasmina. Tu as réussi à traduire tout ce que j'ai à l'intérieur de moi. A parler de l'Algérie telle que je l'ai dans mon cœur. Je ne pensais pas que des mots pouvaient éveiller tous les sens. J'ai senti la nuit fraîche et les odeurs du marché, j'ai entendu les jeux d'enfants dans la rue, j'ai même goûté les plats et les épices de mon enfance....

 

Yasmina

Je suis contente que ça te plaise. C'est le pouvoir des mots. « Sous le Pont Mirabeau coule la Seine et nos amours faut-il qu'il m'en souvienne la joie venait toujours après la peine vienne la nuit sonne l'heure les jours s'en vont je demeure »

 

Michel

C'est triste.. C'est de toi ?

 

Yasmina

Guillaume Apollinaire l'a écrit en 1913. Tu sais, c'est un poème sans ponctuation. Absolument aucune. Ni point ni virgule. C'est toi qui dicte le rythme du poème................................................................................. comme tu devrais le faire avec

ta propre vie... Tu dois aller là-bas Michel !

 

Michel

Où ?

 

Yasmina

Sous le Pont Mirabeau. Cherche-le. Et regarde la Seine couler en pensant à moi.

 

Kabyle

Michel, Mais qu'est ce que tu fais par terre ? L'agent de Police revient avec des collègues! Il faut partir.

 

Michel

Tu me manques Yasmina...

 

Yasmina elle se lève

Sous le pont Mirabeau, Michel ! N'rhabek h'abibi  N'mout arhlik

(je t'aime mon amour, je t'aime à en mourir)

 

Michel

Je t'aime.

 

Kabyle

Moi aussi je t'aime. Allez !

 

Michel

On y va !

 

Kabyle

On va où ?

 

Michel

Sous le pont Mirabeau !

 

Kabyle

Sous le pont Mir à quoi ?

 

Michel

Mirabeau ! Suis-moi !

 

Kabyle

Mais pourquoi tu veux aller sous un pont, j'ai une chambre pour dormir....

SCÈNE 5

Michel, Kabyle, Brigitte, Jacques.

Michel et Kabyle s'installent à la terrasse d'un café en face du Pont Mirabeau.

Brigitte et Jacques sont attablés à la table d'à côté.

 

Kabyle

Ils servent du thé à la menthe ici ?

 

Michel

Je ne crois pas, non.

 

Kabyle

T'as vu les prix ? On aurait dû aller à Barbès. Là-bas c'est comme au bled.

 

Michel parcourant le menu

Justement, Kabyle, je ne vois pas l'intérêt. On est là pour s'intégrer, pas pour vivre entre nous.

 

Kabyle

Oui mais ça fait plaisir !

 

Michel découvrant le poème au dos du menu

Oh le poème de Yasmina... Écoute Kabyle :

 

« Sous le Pont Mirabeau coule la Seine et nos amours faut-il qu'il m'en souvienne la joie venait toujours après la peine vienne la nuit sonne l'heure les jours s'en vont je demeure......................................................................... »

 

Kabyle

C'est triste...

 

Michel

Oui mais c'est beau. Tu vois Kabyle, c'est un poème sans ponctuation. Pas de point, pas de virgule.

Kabyle un temps

Des points-virgules au moins ?

Michel

Même pas ! Tu peux lire le poème comme tu veux. Tu t'arrêtes où tu veux. A ton rythme. Essaie !

 

Kabyle

Je m'arrête où je veux ?

 

Michel

Absolument !

 

Kabyle

A mon rythme ?

 

Michel

Oui j'te dis !

 

Kabyle

Sous le pont. (il s'arrête)

Wallah j'ai fini. (Michel et Kabyle rient). C'est trop triste la vérité ! Et puis ça veut rien dire. Regarde.

« Sous le pont Mirabeau coule la Seine ».

Premièrement on dit : la Seine coule sous le pont. Pas sous le pont coule la seine ! Celui-là il inverse tout ! Zarma il t'embrouille.

Et nos amours faut-il qu'il m'en souvienne...

Un café, je veux ! Du thé à la menthe, est-ce-qu'il y a ? Compris tu as ??? En plus il nous prend pour des idiots! Où tu veux qu'elle passe la Seine ?

Sur le pont ? Devant le pont ? Derrière le pont ? Non, elle passe sous le pont. Evidemment ! C'est bien pour ça qu'on a construit un pont sur la Seine.

 

Ecoute ! Moi aussi je vais te faire un poème :

 

Sous le pont coule la Seine. Sur les arbres volent les oiseaux. Devant nous roulent les voitures. Et Derrière nous....Et derrière nous... (il remarque Brigitte et siffle) Ne te retourne pas Michel, derrière nous il y a Brigitte Bardot !!!

 

 

Michel se retourne, Jacques lui sourit.

 

Jacques

Excusez-moi. J'ai écouté votre conversation sans le vouloir. Vous lisiez le poème d'Apollinaire ?

 

Kabyle

Non, c'est le poème de Yasmina. Sans point et sans virgule.

 

Michel

Euh...oui

 

Jacques

Et vous le lisiez formidablement ! Permettez-moi de me présenter. Jacques Lasalle. Metteur-en- scène. Enchanté !

 

Kabyle

Lasalle ? Comme la salle de bains ?

 

Jacques

Euh oui..

 

Michel

Moi c'est Michel. Et lui Kabyle.

 

Jacques

Brigitte, viens nous rejoindre !

 

Jacques rapproche les chaises

Vous permettez ?

Kabyle

Mais bien sûr. Absolument. Avec joie.

 

 

Brigitte s'installe avec eux.

 

Brigitte

Bonjour...Moi c'est Brigitte

 

Kabyle admiratif

Ahhh...(A)

 

Brigitte

Et vous ?

 

Michel

Michel. Et Kabyle.

 

Brigitte

Kabyle ?

 

Kabyle gêné

Euh...(E)

 

Jacques

Vous n'êtes pas d'ici, n'est -ce-pas ?

 

Michel

Non. Nous arrivons d'Algérie...

 

Kabyle gêné

Algériiiiiiie...(I)

 

Brigitte

Votre ami ne parle qu'avec des voyelles ?

 

Kabyle

Ooooh (O)

 

Jacques

U! A, E, I, O, U. Molière. Le Bourgeois Gentilhomme. Acte II scène IV ! Voyons Brigitte, révise tes classiques.

Nous avons là deux comédiens de grand talent. N'est-ce-pas Monsieur Kabyle ?

 

Kabyle faisant semblant de comprendre

Tout à fait ! Deux grands talons !

 

Jacques

Je le savais ! Je l'ai tout de suite senti. Dès les premiers mots... « Sous le pont Mirabeau coule la scène... »

 

Kabyle

Pas de virgule !

 

Brigitte

Vous êtes comédiens en Algérie ?

 

Michel

Mais....

 

Jacques

Allez, pas de fausse modestie. Laissez-moi vous inviter. Si si, j'y tiens ! Qu'est ce que vous prenez ?

 

Michel

Merci...deux cafés...

 

Kabyle

Et du champagne !

 

Jacques

Il a raison. Il faut fêter ça. Garçon, Champagne pour tout le monde !

 

Brigitte

Champagne !

 

Kabyle

Champagne !

 

Jacques

Pout tout vous dire, ma demande est intéressée. Voilà. Vous connaissez l'Étranger ?

 

Kabyle pétrifié

Lequel ?

 

Jacques

Et bien mais...il n'y en a qu'un ! Celui d'Alger bien-sûr.

 

Kabyle prudent

Oui oui. On le connaît...

 

Jacques

Et bien voilà. J'adapte l'Étranger !

 

Kabyle méfiant

Ah comme ça, c'est vous qui adaptez.... ?

 

Jacques

L'étranger. Oui !

 

Kabyle

C'est pas bien, ça....d'adapter les étrangers...

 

Jacques

Je sais Kabyle. C'est un roman à la base. Vous êtes un puriste. Mais je trouve qu'avec les événements en Algérie, ce serait une adaptation formidable pour le théâtre et tellement actuelle. Seulement voilà, je cherche Meursault et je ne le trouve pas.

 

Kabyle

Et...vous avez bien cherché partout ?

 

Jacques

Partout. J'ai écumé les cours de théâtre privés, le conservatoire national d'Art Dramatique et bien sûr les agences artistiques. Rien.

 

Michel

Peut-être qu'il est parti. Peut-être qu'il est rentré chez lui. A force de se sentir étranger...

 

Jacques

C'est exactement ça Michel, il est parti. En même temps que son créateur. En 1960. C'est évident.

 

Kabyle

1960. Ça fait deux ans, quand même. Pas facile de le retrouver.

 

Jacques

Justement. Et je pense que c'est le moment pour le faire renaître. Sur une scène de théâtre. Qu'est-ce que vous en dîtes ?

 

Michel

Je ne suis pas sûr de comprendre...

 

Brigitte

Jacques Lasalle vous offre le rôle principal de sa nouvelle pièce : l'adaptation théâtrale de l'Étranger de Camus ! Albert Camus ! Vous êtes Meursault !

 

Michel

Mais il y a erreur, je vous assure...

 

Kabyle qui a très vite compris

Combien ?

 

Jacques

C'est votre agent ? Je pensais que vous étiez comédien aussi Monsieur Kabyle. Et j'allais justement vous proposer le rôle de l'Arabe principal, tué par Meursault de cinq coups de feu...

 

Kabyle

Combien ?

 

Jacques souriant

Vous êtes dur en affaire, vous. Disons 1000 francs. (têtes effarées des deux). Pour commencer.

 

Kabyle

1000 francs par mois ?

Jacques

Ah non. Par représentation. J'ajoute évidemment les répétitions payées, les repas pendant toute la durée de l'engagement et naturellement 10% pour vous Monsieur Kabyle en tant qu'agent artistique. Enfin, si Michel accepte.

 

Kabyle

Attention ! Combien de spectacles par semaine ?

 

Jacques

Mais tous les jours. Sauf le lundi évidemment.

 

Kabyle

Evidemment.

 

Jacques

Et ça n'est qu'un début. Si le spectacle a du succès....

 

Kabyle

Il accepte !

 

Michel

Attends !

 

Kabyle

Je suis ton agent. Il accepte !

 

Jacques

Je suis ravi. Je file annoncer ça à la production. Rendez-vous demain 15 heures au théâtre Vieux- Colombier pour un essai sur le texte devant la direction du théâtre. (Il lui laisse une copie du texte) Une formalité. À demain mes amis.

 

Brigitte

Et bien.. à demain !

 

Kabyle

A demain Madame Bardot... À moins que ça ne soit Mademoiselle ?

 

Brigitte elle rit

Vous êtes un comique Monsieur Kabyle ou alors un flatteur...

 

Kabyle charmeur

Ou peut-être les deux à la fois... (baise-main)

 

Jacques et Brigitte s'éloignent.

 

 

Michel

Mais qu'est-ce qui t'as pris ? Tu es devenu fou ?

 

 Kabyle

1000 francs pour toi et 100 francs pour moi ! Tous les jours ! On est riche !

 

Michel

Je ne suis pas comédien. Il va s'en rendre compte tout de suite.

 

Kabyle

Une formalité, il a dit !

Kabyle Benguigui : Agent artistique – Paris

 

Michel

Ne compte pas sur moi !

 

Kabyle

Tu voulais t'intégrer ? Tu cherchais un travail? Maintenant tu as les deux ! Le travail et l'intégration !

 

Michel

Mais je ne sais même pas de quoi ça parle sa pièce de théâtre !

 

Kabyle

Un Français... qui tue un Arabe ! C'est si difficile à imaginer ?

Allez viens ! On file à Barbès pour fêter ça.

Les merguez, ça coûte moins cher que le champagne !

 

Michel voyant arriver le serveur

Merde !

Kabyle filant

Comédien ! Tu vas devenir un comédien !

Ils arrivent à Barbès. Kabyle essaie de le convaincre en chanson.

 

 

AParis

https://www.youtube.com/watch?v=QWTxnnQSlyA

Viens oublier tes tracas et tes ennuis Viens le bonheur ça commence aujourd'hui

Ne reste pas figé Viens plutôt bouger

Laisse toi porter par ma voix Même si tu n'es pas décidé Laisse la magie te porter

A Paris Ya habibi A Paris

Fais vraiment tout ce dont tu as envie

De Shanghai-ghai

A Dubaï-baï Bienvenue à Paris

SCÈNE 6

Michel, Yasmina, Brigitte et Jacques

Michel et Yasmina au téléphone en ombre chinoise.

Brigitte et Jacques au théâtre pour une conférence de presse.

Yasmina s'adresse à Michel, Brigitte et Jacques répondent aux journalistes.

 

Michel

….Yasmina ! Je ne suis pas comédien ! En plus je ne sais rien sur cet « Étranger ». Comment veux- tu que j'arrive à faire quelque chose. Ton cousin est complètement fou !

 

Jacques

Fou ? Oui peut être..Adapter le chef-d'oeuvre de Camus au théâtre, c'est un peu fou...

 

Yasmina

Si ce metteur-en-scène...comment s'appelle-t-il déjà ?

 

Jacques

Lassalle L-A-S-S-A-L-L-E...Jacques Lasalle.

 

Yasmina

Si ce metteur-en-scène t'a repéré, il doit avoir ses raisons. Tu n'as qu'à être toi-même.

 

Brigitte

De toutes façons tu n'as rien à perdre....

 

Michel

Ça parle de quoi ? Kabyle me dit « c'est facile ! C'est un français qui tue un arabe ! »

 

Brigitte

En plein après-midi, sous un soleil de plomb, sur une plage de Bab El Oued.

 

Michel

Dans ton quartier ?

 

Yasmina

Oui.

 

Jacques

Mais ce n'est pas pour ça qu'il sera condamné à mort.

 

Michel

Qui est condamné à mort ?

 

Brigitte

Meursault.

 

Yasmina

Ton personnage.

 

Brigitte

Mais pas pour le meurtre de l'Arabe.

 

Jacques

Il est condamné à mort parce qu'il ne joue pas le jeu de la société.

 

Michel

Raconte !

 

Jacques

Sa mère meurt au début du roman.

 

Brigitte

C'est même la première phrase, mondialement connu :

 

Yasmina

« Aujourd'hui maman est morte. ».

 

Michel

Ça commence bien....

 

Yasmina

Mais lui au lieu de pleurer sa mère

 

Brigitte

et d'avoir l'attitude que la société attend d'un fils dans une situation pareille,

 

Jacques

il refuse de jouer le jeu « social ».

 

Michel

Qu'est-ce qu'il aurait dû faire ?

 

Brigitte

Pleurer à l’enterrement de sa mère,

 

Jacques

ne pas fumer cigarette sur cigarette,

 

Brigitte

demander à voir le corps

 

Jacques

échanger des mots de condoléances,

 

Yasmina

...ne pas aller voir un film de Fernandel le lendemain...

 

Michel

Il a été au cinéma le lendemain de la mort de sa mère ?

 

Brigitte

Et surtout ne pas commencer une « relation irrégulière » quelques jours après avec Marie.

 

Yasmina

En fait, il n’a pas le mode d’emploi...un peu comme toi en France.

 

Michel

…..intéressant....

 

Jacques

Très !

 

Michel

Pourtant il a tué, il doit être condamné.

 

Yasmina

Entièrement d'accord avec toi.

 

Jacques

La société finit par le supprimer. Mais pas pour son meurtre....

 

Michel

...parce qu'il est étranger à la société.. comme moi en ce moment.

 

Brigitte

Exactement !

 

Jacques

Le monde est un immense théâtre

Michel

Où on ne peut pas être soi-même.

 

Yasmina

Personne n'est libre.

 

Brigitte

C'est cette absurdité que Camus a voulu dénoncer.

 

Jacques

On me signale que Monsieur Gallimard est arrivé. Nous allons devoir vous laisser...

 

Michel

Tu te rends compte qu'on me propose de jouer un rôle alors que tout le monde autour de nous joue ?

 

Brigitte

Quand paraîtra l'article ?

Yasmina

Le théâtre dans le théâtre....

 

Michel

Tout ça est tellement absurde....

 

Michel

Viens me rejoindre !

 

Yasmina

Ma place est ici. La tienne est en France.

 

 

MUSIQUE

 

Yasmina

….Ne dis plus rien. Au revoir Michel

 

Michel

Yasmina ! Attends ! Ne raccroche pas... Yasmina!

 

 

Si on est deux – Slimane / Lellouche

https://www.youtube.com/watch?v=-86b0k-p9cQ

 

Yasmina et Michel Un jour de plus ou une nuit Une seconde ou bien la vie

Laisse-moi me perdre dans tes bras Me faire du mal si ça me va Ne dis plus rien ça serait trop Ou crie plus fort tes idéaux

Sois différent sois pas comme eux On est plus fort si on est deux

 

C'est toi sans moi et moi sans toi C'est moi sans foi et toi sans loi C'est toi sans moi et moi sans toi

C'est toi sans moi Si on est deux si on est deux si on est deux

On est plus fort Si on est deux si on est deux si on est deux

On est plus fort Si on est deux, deux, deux, deux Deux, deux, deux, deux, deux, deux

 

Une vie d'amour et tant de haine Ça n'en vaut pas vraiment la peine On se regarde tu n'me vois plus Tu me jures je n'te crois plus

 

Le lit est froid je compte les heures Nos beaux souvenirs, ma belle erreur

(Yasmina) Sois différent, (Michel) Sois pas comme eux

On est plus fort si on est deux

 

C'est toi sans moi et moi sans toi C'est moi sans foi et toi sans loi C'est toi sans moi et moi sans toi

C'est toi sans moi Si on est deux si on est deux si on est deux

On est plus fort Si on est deux si on est deux si on est deux

On est plus fort Si on est deux, deux, deux, deux Deux, deux, deux, deux, deux, deux

 

Tu pars par la nuit Reviens le jour Tu pars la nuit C'est ça l'amour C'est ça l'amour C'est ça l'amour Tu pars la nuit C'est ça l'amour C'est ça l'amour C'est ça l'amour Tu pars la nuit C'est ça l'amour /

Tu pars la nuit, c'est ça l'amour /

C'est ça l'amour

SCÈNE 7

Michel, Jacques, Brigitte, Kabyle

 

On entend les premières phrases du roman l'Étranger lu par Camus lui-même :

« Aujourd'hui, maman est morte. Ou peut-être hier, je ne sais pas. J'ai reçu un télégramme de l'asile : « Mère décédée. Enterrement demain. Sentiments distingués. » Cela ne veut rien dire. C'était peut-être hier.

 

 

Le Directeur de la maison de retraite (joué par Jacques) qui serre longuement la main de Meursault

Mme Meursault est entrée ici il y a trois ans. Vous étiez son seul soutien (geste de Meursault). Vous n'avez pas besoin de vous justifier, mon cher enfant. J'ai lu le dossier de votre mère. Vous ne pouviez subvenir à ses besoins. Il lui fallait une garde. Vos revenus sont modestes.

Et, tout compte fait, elle était plus heureuse ici.

 

Meursault (joué par Michel)

Oui, monsieur le Directeur.

 

 

Le Directeur

Vous savez, elle avait des amis, des gens de son âge. Elle pouvait partager avec eux des intérêts qui sont d'un autre temps.

 

Meursault

C'est vrai.

 

Le Directeur

Je suppose que vous voulez voir votre mère. Nous l'avons transportée dans notre petite morgue. Pour ne pas impressionner les autres.

En principe, l'enterrement est fixé à 10 heures du matin. Nous avons pensé que vous pourrez ainsi veiller la disparue. Un dernier mot:

votre mère a, paraît-il, a exprimé souvent à ses compagnons le désir d'être enterrée religieusement. J'ai pris sur moi de faire le nécessaire. Mais je voulais vous en informer.

 

Meursault

Merci.

 

 

Marie (Brigitte)

Et si on se mariait?

 

Meursault

On peut le faire si tu en as envie, ça m'est égal.

 

Marie

Tu m'aimes?

 

Meursault

Cela ne signifie rien pour moi. Je crois que non

 

Marie

Pourquoi m'épouser alors?

 

Meursault

Si tu le désires, nous pouvons nous marier. D'ailleurs c'est toi qui me le demande, pas moi.

 

Marie

Le mariage, c'est une chose grave !

 

Meursault

Non

 

Marie

Et si quelqu'un d'autre, une autre femme te l'avait demandé, tu aurais dit oui de la même façon?

 

Meursault

Naturellement

 

Marie Parfois, tu es bizarre. C'est peut-être pour ça que je t'aime. Et c'est peut-être aussi pour ça qu'un jour, tu me dégoûteras.

 

Meursault tient un pistolet. Bruit de cinq coups de feu. l'Arabe est au sol.

 

Meursault au tribunal, à la barre

Même sur un banc d'accusé, il est toujours intéressant d'entendre parler de soi. Pendant les plaidoiries du Procureur et de mon avocat, je peux dire qu'on a beaucoup parlé de moi. Et peut-être plus de moi que de mon crime...J'étais parfois tenté d'intervenir mais mon avocat me disait alors

« Taisez-vous, cela vaut mieux pour votre affaire ». En quelque sorte, on avait l'air de traiter cette affaire...en dehors de moi.

 

Jacques (Le juge) et Michel (Meursault) doublent cette scène en français, dos au public face à l'écran comme dans une salle de doublage. A la fin de la scène, les acteurs saluent face public.

C'est la fin de l'audition. Applaudissements.

 

 

  • Est-ce que vous avez autre chose à ajouter ?
  • Je peux juste dire...que je n'avais pas l'intention de tuer l'Arabe
  • C'est.....une affirmation... oui ….je comprends mal votre système de défense et je serai

heureux avant de donner la parole à votre avocat que vous nous donniez les raisons qui vous ont poussés à tuer

  • Voilà....Je...bien...non.....c'était...à cause du soleil....

Jacques

Bravo Michel. Tu as été formidable !

 

Kabyle

Et moi ? Je fais bien le mort ? Je n'ai pas respiré. En apnée, j'étais.

 

Jacques

Oui Kabyle, tu étais très bien aussi.

On se voit demain pour les répétitions. Ne change rien Michel ! For-mi-dable !

(à part) Le vieux Gallimard a été très impressionné par ta prestation. Kabyle, vous venez signer les contrats ?

(Ils sortent)

SCÈNE 8

Michel, Brigitte

 

Brigitte

Bravo Michel !

 

Michel

C'est fini ?

 

Brigitte

Oui ! Et tu as convaincu tout le monde !

 

Michel

C'est passé tellement vite...

 

Brigitte

Parce que tu étais le personnage.

Cette façon d'être absent et d'être là en même temps ...C'était incroyable !

 

Michel

C'est qui « le vieux Gallimard »?

 

Brigitte

Gaston Gallimard. Des Éditions Gallimard. C'est lui qui a publié le roman de Camus en 1942.

 

Michel

Un éditeur ?

 

Brigitte

Non. L'Éditeur ! Le plus grand éditeur de Paris même.

 

Michel

Et Jacques le connaît ?

 

Brigitte

Bien sûr....

Tu jouais beaucoup en Algérie ?

 

Michel encore absent

Je jouais tout le temps....

 

Brigitte

Eh Meursault ! Il faut sortir de ton personnage maintenant. Que dirais-tu de m'accompagner à une fête ce soir ?

 

Michel

Une fête ?

 

Brigitte

Oui. C'est la première de Johnny Hallyday à l'Olympia ce soir. Et j'ai deux invitations. Après le concert, Johnny nous invite chez lui. Tu verras, il est très drôle.

 

Michel

Je peux te demander une faveur ?

 

Brigitte

Dis toujours ?

 

Michel sortant de son sac le journal intime de Yasmina

Est-ce que tu peux donner ce cahier à Jacques ? C'est un...essai...enfin un roman. J'aimerais beaucoup que Monsieur Gallimard le lise et me dise ce qu'il en pense.

 

Brigitte

Parce qu'en plus, tu écris ?

 

Michel

Non...ce n'est pas moi...c'est...un ami. Ça parle de l'Algérie. C'est très beau.

 

Brigitte

Entendu. Je lui donnerai. A tout à l'heure

 

Michel

Ce soir je ne peux pas.

 

Brigitte

Pour le concert ?

 

Michel

Je ne peux pas. Quelle heure-est-il ?

 

Brigitte

Je ne suis pas ton style, c'est ça ?

 

Michel

J'ai...un rendez-vous.

 

Brigitte

Avec une fille ?

 

Michel

Oui.

 

Brigitte

Et bien dis-lui de nous rejoindre après le concert...

 

Michel

Elle n'est pas ici. (Elle ne comprend pas) C'est un rendez-vous téléphonique.

 

Brigitte

A quelle heure ?

 

Michel

Je ne sais pas. Quand la première étoile apparaîtra dans le ciel.

 

Brigitte

Romantique avec ça. Intelligent et mystérieux, tu as décidément toutes les qualités.

Ecoute Michel. À Paris, si tu veux faire partie de ce métier, je te conseille de prendre le train en marche et de ne pas rester sur le quai.

 

Si tu n'étais pas attablé à la Terrasse d'un café devant le Pont Mirabeau rien de tout cela ne serait arrivé, ne l'oublie pas. Appelle-la et rejoins-moi. Vingt heures. Boulevard des Capucines. Tu descends à Madeleine ou Opéra. (elle chante)

 

Retiens la nuit – Johnny Hallyday

https://www.youtube.com/watch?v=QVAK3f4U4ig

 

Retiens la nuit Pour nous deux jusqu'à la fin du monde

Retiens la nuit Pour nos cœurs, dans sa course vagabonde

Serre-moi fort Contre ton corps

Il faut qu'à l'heure des folies

Le grand amour Raye le jour

Et nous fasse oublier la vie

 

 

Elle l'embrasse et sort. Michel réfléchit un instant puis sort rejoindre Brigitte.

SCÈNE 9

Yasmina

 

 

Le téléphone sonne à nouveau. Convaincu que c'est Michel qui la rappelle, Yasmina décroche.

 

Yasmina

Michel ? Excuse-moi je pensais que tu allais appeler plus tard. J'étais venu écrire... Maman? C'est toi ? Tout va bien ? D'où tu appelles ?

(...)

Papa est rentré ? Quand ? (...)

Je finissais de... je vais rentrer. Qu'est-ce qu'il a dit ?

Il demande quoi? Comment ça va ? Il me demande comment ça va ? C'est tout ce qu'il trouve à me dire après....

(...)

Il est rentrée pour un mariage. Quel mariage ? (…)

Mais vous avez perdu la tête. Je n'ai pas envie de me marier avec.. !

(…)

Ecoute maman, papa disparait pendant des mois, il ne donne aucun signe de vie...

(…)

Il a envoyé de l'argent ? Et il pense qu'il peut rentrer comme ça, simplement en nous disant « Je vous ai envoyé de l'argent ? »

(…)

Avec qui ? (…)

Mustafa ? Le fils de nos voisins ? (…)

Il a une bonne situation. (…)

Mais l'argent ne m'intéresse pas ! Moi ce que je veux c'est être heureuse, tu comprends ! Non, tu ne comprends pas, évidemment. Tu attends ton mari seule pendant des mois et quand il rentre enfin, tout redevient comme avant, c'est ça ? Ne compte pas sur moi pour avoir la même vie que toi !

 

Elle raccroche brutalement. Puis compose un autre numéro.

 

Yasmina

Bonjour Madame

(…) J'ai besoin d'envoyer un télégramme de toute urgence à Paris (…) Monsieur Kabyle Benguigui

(…) Attendez. (elle prend un carnet)

Alors euh...Monsieur Kabyle Benguigui – Café-Restaurant le Djurdjura - 9, rue d'Oran – 75018 Paris, France

(…) Vous notez ?

« Urgent. Papa est revenu. Mariage arrangé avec Mustafa le voisin. Arrive demain par le premier bateau au port de Marseille. Viens me chercher. Ne dis rien à Michel. »

(…) Yasmina Benguigui (…) Merci. Combien ?

(…) 28 mots ? Alors envoyez simplement

«Surprise Michel. Arrive demain. Marseille.» (…) Cinq mots. Très bien. Merci.

 

Yasmina décide de partir, de fuir en pleine nuit.

Elle est pleine d'espoir.

Pendant la chanson, Yasmina se change.

Elle quitte son habit traditionnel. Elle porte un pantalon, un chemisier.

Elle a mis un peu de rouge sur ses lèvres et a arrangé sa coiffure.

 

No – Louane

https://www.youtube.com/watch?v=-O9q9-eKrjA

 

Partir, souffrir J'essaie de nous retenir

Courir, s'enfuir J'l'ai pas vu venir

Le monde est si haut pour tout jeter à l'eau Regarde comme la nuit tout devient beau

Le monde est si haut quand le vent devient chaud Je sais tellement tout c'qu'il nous faut

 

Regarde-moi, qu'est-ce que tu vois? Moi je vais me battre pour toi et moi

Qu'est-ce que tu crois, qu'est-ce que tu vois? Moi je ne vais pas baisser les bras

 

 

J'irai jusqu'au bout, oh, jusqu'au bout, oh, jusqu'au bout de nous J'irai jusqu'au bout, oh, jusqu'au bout, oh, jusqu'au bout de nous

Mentir, en finir J'essaie de nous appartenir

Salir, s'abstenir Plutôt mourir

Le monde est si haut pour tout jeter à l'eau Regarde comme la nuit tout devient beau

Le monde est si haut quand le vent devient chaud Je sais tellement tout c'qu'il nous faut Regarde-moi, qu'est-ce que tu vois? Moi je vais me battre pour toi et moi

Qu'est-ce que tu crois? Qu'est-ce que tu vois? Moi je ne vais pas baisser les bras

J'irai jusqu'au bout, oh, jusqu'au bout, oh, jusqu'au bout de nous J'irai jusqu'au bout, oh, jusqu'au bout, oh, jusqu'au bout de nous

SCÈNE 10

Yasmina, Kabyle

 

Quand elle arrive au port de Marseille, Kabyle est là. Ils s'embrassent.

Il est venu de Paris en voiture. Une voiture rouge prêtée par un ami de Barbès.

 

 

Yasmina

Mon cousin !

 

Kabyle

Ma cousine Nerh Nerh ! Comme tu es belle. Tu t'es habillée comme une Française. Mais chic !

 

Yasmina

Ça fait pas trop...Nana ?

 

Kabyle

Ça fait Nerh-Nerh à Marseille ! (ils rient)

Comment ça va au bled ?

 

Yasmina

Difficile. Tu n'as rien dit à Michel ?

 

Kabyle

Rien ! Muet comme une carte !

 

Yasmina

Une carPE ?

 

Kabyle

Une carPE ? El samak ? (le poisson - il mime. Yasmina acquiesce).

 

Yasmina elle rit

Oui, le poisson.

 

Kabyle

Une carTE aussi ça ne parle pas...

 

Yasmina

Tu as raison. (…) Ton oncle est rentré...

 

Kabyle

Ton père ?

 

Yasmina

Pour me marier. Avec Mustafa.

Kabyle

Le fils des voisins. Je le savais. Ta mère préparait le trousseau depuis longtemps... Il est très bien,

tu sais. Tu seras heureuse.

 

Yasmina

Je ne veux pas de ce bonheur là...

Tu sais où trouver Michel à Paris ?

 

Kabyle

Evidemment. Il a été au concert de Johnny Hallyday avec...

 

Yasmina

Avec qui ?

 

Kabyle comprenant qu'il en a trop dit

Avec … Avec Johnny Hallyday

 

Yasmina

Kabyle... ?

 

Kabyle

avec.... Brigitte.

 

Yasmina

Brigitte... ? Qui c'est cette Brigitte ?

 

Kabyle

C'est une collègue de travail.

 

Yasmina

Une comédienne... ?

 

Kabyle

Oui...

 

Yasmina

Elle est jolie ?

 

Kabyle

Oh non ! Pas du tout. Elle est.. (fait des grimaces de dégoût). Un peu le style de Brigitte Bardot,

tu vois... (voyant sa réaction). Mais vulgaire !!! Tu n'as rien à craindre.

Il ne parle que de toi. (il en rajoute) Toute la journée. A tout le monde. Au metteur en scène, aux techniciens. Et Yasmina par-ci et Yasmina par-là......................................................................... Tu sais qu'il a été pris pour le spectacle?

 

Yasmina

L'Étranger. Je n'avais aucun doute.

 

Kabyle

Il doit être en répétition aujourd'hui. Mais ne t'inquiète pas. Kabyle va mener l'enquête pour sa cousine Yasmina, on va le retrouver et on va lui faire une belle surprise !

 

Yasmina

C'est ta voiture ?

 

Kabyle

Non. Celle du cousin Farid. Très gentil. Il me l'as prêtée.

 

Yasmina

On a un cousin qui s'appelle Farid ?

 

Kabyle

A Paris, tout le monde a un cousin qui s'appelle Farid.

 

Yasmina

Et il a une voiture rouge ? C'est discret...

 

Kabyle

Ma cousine arrive pour la première fois à Paris et moi je devrais être discret ? Nerh Nerh, Kabyle, la voiture rouge ! Allez monte, cousine, que je te raconte....

 

 

La voiture rouge

https://www.youtube.com/watch?v=e2OIv14ov68

 

Avec les cousins blédards, ils sont plus forts que Scotland Yard

 

Nerh Nerh, Kabyle, la voiture rouge Sont venus faire l'enquête Attention les vedettes

Nerh Nerh Kabyle, la voiture rouge Sont venus faire l'enquête Et maintenant c'est la fête

A la station Barbès, il y a les CRS

Moi je n'ai pas de stress Je dis bonjour Labès

 

C'est comme plus belle la vie Tout le monde il est gentil

De midi à minuit il y a toujours une épicerie Nerh Nerh Kabyle, la voiture rouge Sont venus faire l'enquête Attention les vedettes

Nerh Nerh Kabyle, la voiture rouge Sont venus faire l'enquête Et maintenant c'est la fête

 

 

Bonjour mademoiselle, T'es jolie t'es belle

T'as des cheveux de miel Mais comment tu t'appelles? Viens dans mon studio

Je te fais des photos J'ai fait du thé bien chaud Avec des petits gâteaux, wow, wow, wow, wow, wow Avec des petits gâteaux, wow, wow, wow, wow, wow

 

Nerh Nerh, Kabyle, la voiture rouge Sont venus faire l'enquête Attention les vedettes

Nerh Nerh, Kabyle, la voiture rouge Sont venus faire l'enquête

SCÈNE 11

Michel et Brigitte puis Kabyle et Yasmina

À la terrasse du café « Le Mirabeau », Michel est attablé, pensif.

 

 

Brigitte en riant

Dis-donc ! Tu as une vraie tête d'enterrement...

 

Michel timidement

Tu es belle...(Brigitte rit à nouveau, il se reprend). Qu'est-ce que tu as dans ton sac ? Fais-moi voir ce que tu as pris ?

 

Brigitte

Mais qu'est-ce que ça peut te faire. Il n'y a rien à voir. J'ai pris seulement nos deux maillots de bain et une serviette. (elle s'assied).

Tu sais que ce matin tu ne m'as même pas donné un baiser?

 

 

Ils s'embrassent lentement à plusieurs reprises.

 

Brigitte

Ecoute. Pourquoi tu ne dirais pas à ton chef que tu as repensé à son offre et que tu acceptes le poste à Paris. Comme ça je viens avec toi. Ça me plairait de voir Paris...

 

Michel

J'y ai vécu. Il y a longtemps.

 

Arrive Kabyle, très embarrassé.

 

Kabyle

Michel... ? Bonjour Brigitte.

 

Brigitte

Bonjour Kabyle

 

Kabyle

Yasmina est là...

 

Michel il se lève

Yasmina ?

 

Kabyle

Enfin elle était là...mais...Alors ta nana maintenant, c'est Brigitte Bardot ?

 

Michel

Pourquoi tu dis ça ?

 

Kabyle

Je vous ai vus vous embrasser. Comment tu peux faire ça à ma cousine ?

 

Michel se lève

Elle nous a vus ?

 

Kabyle

Bien sûr qu'elle t'a vu ! Tout le monde vous a vus ! Embrasser une femme dans la rue c'est H'aram ! C'est péché ! Même si c'était ta propre femme.

 

Michel

Merde ! (Il sort en courant)

 

Kabyle

Michel ! Attends-moi ! Ah bravo Brigitte !

 

Brigitte

Mais....

 

Kabyle sort.

Yasmina vient s'attabler en face de Brigitte.

 

Yasmina

Alors.. c'est vous Brigitte ?

 

Brigitte

Et vous devez être Yasmina, la fille du téléphone ?

 

Yasmina

Michel a bon goût. Vous êtes jolie.

 

Brigitte

Merci.

 

Yasmina

La situation est embarrassante. Je crois que nous aimons le même homme.

 

Brigitte

Je ne crois pas, non.

Moi je n'aime que le personnage qu'il joue à Paris.

 

Yasmina

J'ai l'impression qu'il jouait aussi à Alger. Michel joue tout le temps.

Voyons, quel personnage a-t-il joué pour vous ? Le mélancolique ? Le timide ? L'absent ? À moins qu'il ne se soit révélé en France et qu'il devienne un Dom Juan, sûr de lui au point d'embrasser une femme en pleine rue ?

 

Brigitte cherchant à détendre la situation

Vous buvez quelque chose ?

 

Yasmina

Non merci. Je vais rentrer chez moi.

 

Brigitte

En Algérie ?

 

Yasmina

Oui en Algérie.Vous connaissez ?

C'est un quartier de Paris mais de l'autre côté de la Méditerranée ! Oui, je vais rentrer chez moi. (elle se lève)

Mes parents ont tout préparé avec les voisins. Je dois me marier.

 

Brigitte

Vous marier ? Par dépit ou par vengeance ?

 

Yasmina

Par tradition.

 

Brigitte

Vous l'aimez ?

 

Yasmina

...Qui ?

 

Brigitte

L'homme que vous devez épouser, vous l'aimez ?

 

Yasmina

Comment pourrais-je l'aimer si je ne le connais pas...

 

Brigitte

Vous parlez très bien français.

 

Yasmina

Ça vous étonne ? Plus d'un siècle de colonisation, d'imposition, d'humiliation. On a eu le temps d'apprendre votre langue, non ?

 

Brigitte

C'est vous qui avez écrit le roman dont Michel m'a parlé, n'est-ce pas ?

 

Yasmina surprise

Il vous en a parlé ?

 

Arrive Jacques.

 

 

Jacques

Ah ma chérie, je te cherchais partout. Tu sais où est Michel ? Bonjour Madame.

 

Brigitte

Mademoiselle. Enfin...pour quelques jours.

 

Jacques

Félicitations ! Jacques Lasalle. Enchanté.

 

Yasmina

Yasmina Benguigui.

 

Jacques

Benguigui ? Vous êtes la sœur de Kabyle ?

 

Yasmina

Sa cousine.

Pardon, je vais vous laisser avec votre fiancée.

 

Jacques

Brigitte n'est pas ma fiancée.

 

Yasmina

Vous l'avez appelé « ma chérie » en arrivant...

 

Jacques

Mais c'est le théâtre, mon petit.

Au théâtre, tout le monde s'appelle comme ça. Non mais d'où vient-elle ? (il rit)

 

Yasmina

D'Algérie. Al Djazayir plus exactement.

Là où je suis née. Là où j'ai grandi. Là où j'ai appris votre langue et votre culture. Là où sont enterrés les parents de mes parents. Et leurs parents aussi !

Al Djazayir où on n'appelle pas les filles « ma chérie » dans la rue. Al Djazayir, les couleurs de la vie !

Al Djazayir, les parfums de mon enfance ! Al Djazayir, la fierté d'être debout !

 

Elle déclame un passage du futur hymne algérien « Kassaman » (Nous jurons!)

 

La musique commence.

 

Ô France ! le temps des paroles est fini Nous l'avons fermé comme on ferme un livre

Ô France ! voici venu le jour où il te faut rendre des comptes

Car nous avons décidé que l'Algérie vivra Soyez-en témoin ! Soyez-en témoin ! Soyez-en témoin !

 

 

Elle s'effondre en larmes. Jacques tente de la consoler mais Kabyle arrive.

Il chante :

 

Café des délices -  Patrick Bruel

https://www.youtube.com/watch?v=AeU5GDAN2UA

 

Tes souvenirs se voilent Ça fait comme une éclipse Une nuit plein d'étoiles Sur le port de Tunis

Le vent de l'éventail De ton grand-père assis Au Café des Délices

 

Tes souvenirs se voilent Tu vois passer le tram

Et la blancheur des voiles Des femmes tenant un fils Et l'odeur du jasmin

Qu'il tenait dans ses mains Au Café des Délices

 

Yalil, yalil, Habibi, yalil Yalil, yalil, Habibi, yalil Yalil, yalil, Habibi, yalil Yalil, yalil, Habibi, yalil

 

Michel arrive en courant mais Kabyle s'interpose et s'adresse maintenant à lui.

 

Tes souvenirs se voilent Tu la revois la fille Le baiser qui fait mal À Port El Kantaoui

Les premiers mots d'amour Sur des chansons velours

Habibi, habibi Tes souvenirs se voilent Tu les aimais ces fruits Les noyaux d'abricot

Pour toi, c'étaient des billes Et les soirées de fête

Qu'on faisait dans nos têtes Aux plages d'Hammamet

 

Yalil, yalil, Habibi, yalil Yalil, yalil, Habibi, yalil

 

 

Kabyle prend sa cousine par la main pour s'éloigner

mais Yasmina a aussi quelque chose à dire à Michel avant de partir.

 

Yasmina : Tes souvenirs se voilent À l'avant du bateau

Et ce quai qui s'éloigne Vers un monde nouveau Une vie qui s'arrête

Pour un jour qui commence C'est peut-être une chance

 

Yalil, yalil tu n'oublieras pas Yalil, yalil ces parfums d'autrefois Yalil, yalil tu n'oublieras pas Yalil, yalil même si tu t'en vas

SCÈNE 12

 

Yasmina part. Michel, le regard fixe, retient Kabyle en criant :

 

Michel

Première partie. Chapitre VI...

 

Kabyle

Pardon ?

 

Michel

Nous étions en train de répéter. Avec Brigitte.

On répétait le texte de Camus pour être prêt devant Jacques. Première partie. Chapitre VI.

 

Kabyle lit le texte que Michel lui tend

« Ils s'embrassent lentement à plusieurs reprises. » Pourquoi tu n'as rien dit ?

 

Michel

Je n'en ai pas eu le temps.

 

Kabyle

Non ! Tu ne lui as rien dit parce que tu t'en moques. Ça t'est complètement égal. Tout est égal pour toi. Le théâtre ou autre chose. Yasmina ou Brigitte. Tu es comme ton personnage dans l'Etranger, comme Meursault !

 

Michel

C'est faux ! Je tiens à elle. Plus que tout ! Laisse-moi lui expliquer ?

 

Kabyle

Elle ne veut plus te voir.

 

Michel

Laisse-moi au moins lui dire la vérité. Et ensuite elle partira. Je ne la retiendrai pas si c'est son choix.

 

Kabyle

C'est inutile Michel.

 

Michel

J'ai une lettre pour elle. Une lettre très importante. Elle doit la lire avant de partir.

 

Kabyle

Elle ne veut plus rien de toi.

 

Michel

Cette lettre n'est pas de moi. Et elle peut changer sa vie.

 

Kabyle

De qui est-elle ?

 

Michel

Je ne veux rien te dire. Elle le saura quand elle la lira.

 

Kabyle

Tu mens !

 

Michel

Je te jure que non ! Laisse-moi lui parler une dernière fois !

 

Kabyle

C'est fini Michel... Yasmina doit se marier.

 

Michel

Se marier ? Avec qui ?

 

Kabyle

Le fils des voisins. Un garçon très bien...qui n'est pas comédien. Et oui, ça fonctionne comme ça chez nous. Nos mères se sont toutes mariées ainsi. Et personne ne s'en plaint.

 

Michel

Mais tu te rends compte de ce que tu dis, Kabyle ? Mais tu t'entends parler ??? Ne la condamne pas. Laisse-la décider. Si tu ne le fais pas pour moi, fais-le au moins pour elle...

 

Kabyle

Gare de Lyon. Le train du soir pour Marseille.

SCÈNE 13

Gare de Lyon. Annonce du départ imminent.

Yasmina en costume traditionnel

 

Kabyle

C'est celui-ci. Voiture 9 couchette 64. Voilà ton ticket.

Moi je serai couchette 27 au début du wagon dans le compartiment des hommes.

 

Michel

Yasmina ! Yasmina, je suis désolé. Tu as mal compris. Nous étions en train de répéter avec Brigitte et....

 

Yasmina

Je sais...

 

Michel

Tu sais ? Kabyle t'a expliqué. Il y a eu un malentendu...

 

Yasmina

Non je savais...

Quand je vous ai observé, j'ai tout de suite compris que vous disiez le texte de Camus. Je connais ce roman presque par cœur, tu sais...

Mais...dans le baiser...j'ai vu autre chose...

 

Michel

Qu'est-ce que tu as vu ?

 

Yasmina

J'ai vu que je n'ai pas ma place ici.

Je ne t'en veux pas Michel. Sois heureux. Inch Allah.

 

Michel

Attends ! Avant de partir, je dois te remettre une lettre.

 

Yasmina

Je ne la lirai pas.

 

Michel

Gallimard veut te rencontrer.

 

Kabyle

Qui ?

 

Michel

Gaston Gallimard, le plus grand éditeur de Paris. Celui qui a édité Albert Camus.

 

Kabyle

Pourquoi il veut la rencontrer ?

 

Michel

Je lui ai donné ton manuscrit Yasmina.

Enfin Jacques le lui a donné. Gallimard l'a lu et il veut te rencontrer. Il a dit qu'il n'a rien lu de si puissant sur l'Algérie depuis Camus.

Il ne manque que le titre. Il veut l'éditer tout de suite !

 

Yasmina, c'est la chance de ta vie. Écrire. Ce n'est pas ce que tu as toujours voulu faire ? Moi je ne compte plus désormais mais donne-toi cette chance, je t'en prie !

 

Il lui donne la lettre, la musique commence.

 

Kabyle

Yasmina....Gaston Gallimard... ?

 

 

Yasmina refuse de prendre la lettre que lui tend Kabyle et s'en va.

Michel reste seul.

 

 

Nous deux – Slimane

https://www.youtube.com/watch?v=EnL12F4rkgo

 

Michel Et si tu connaissais ma vie et si Mon cœur t'avais tout dit et si

je t'avais pas menti Et si j'avais osé parler et si  Mes mots t'avaient touché et si

tu savais pardonner

 

Même si c'est mort, même si t'as peur Même si j'ai tort, si ce n'est qu'un leurre Que dans le décor tout est cassé

 

C'est pas fini nous deux C'est que le début nous deux

Même si c'est fou nous deux, j't'en prie reviens

 

C'est pas fini nous deux C'est que le début nous deux

Même si c'est douloureux, j't'en prie reviens

 

Nous deux, deux, deux Nous deux, deux, deux, yeah, yeah, yeah

 

 

 

Yasmina revient

Si les souvenirs des photos et si C'était nous, c'était beau et si ça vaut ce que ça vaut

Si tu penses un peu à moi et si Je te manque quelques fois et si tu as besoin de mes bras

Même si c'est mort, même si j'ai peur Même si t'as tort, si ce n'est qu'un leurre J'nous jette un sort pour oublier

 

C'est pas fini nous deux C'est que le début nous deux

Même si c'est fou nous deux j't'en prie reviens

C'est pas fini nous deux C'est que le début nous deux

Même si c'est douloureux j't'en prie reviens

 

Nous deux, deux, deux Nous deux, deux, deux, yeah, yeah, yeah

Nous deux, deux, deux Nous deux, deux, deux, yeah, yeah, yeah

 

Kabyle Si j'avais l'art et la manière de Retourner en arrière de te dire ça ira Si nous ne sommes que poussières si

L'amour ça se perd, tant pis, vous deux ça ira

 

C'est pas fini vous deux C'est que le début vous deux

Même si c'est fou vous deux j't'en prie reviens

 

C'est pas fini nous deux C'est que le début nous deux

Même c'est si douloureux j't'en prie reviens

 

J't'en prie reviens, j't'en prie reviens (nous deux)

J't'en prie reviens, oh oh J't'en prie reviens, j't'en prie reviens (nous deux)

J't'en prie reviens, oh oh

C'est pas fini

 

 

NOIR

 

ÉPILOGUE

Cris arabes de joie (youyou).

 

 

Tié la famille

https://www.youtube.com/watch?v=Z4WrOKA050k

 

 

Kabyle seul en scène. Il parle sur la musique et chante, rejoint par tout le monde.

Le roman de Yasmina est devenu un phénomène en France. Grace à son succès, les Français ont mieux compris l'Algérie. Il a été traduit en arabe.

Il est devenu aujourd'hui le symbole d'une lente réconciliation. Un pont « Mirabeau » entre les deux peuples.

 

 

Yasmina et Michel se sont mariés un an plus tard à Marseille, juste en face de l'Algérie. La mère de Yasmina a beaucoup pleuré et son père était très ému.

Il y avait tout le monde. Jacques Lasalle bien sûr qui le premier a remarqué Michel près du Pont Mirabeau, Gaston Gallimard, éditeur heureux d'Oranges Amères. Brigitte et moi étions les témoins de ma cousine Yasmina. Quant à Michel, il avait comme témoins Johnny Hallyday et Brigitte Bardot.

Après le succès du roman de Yasmina, un film est en projet avec Michel dans son propre rôle. Grâce à Yasmina j'ai pu enfin réalisé mon rêve : un restaurant oriental à Paris.

Il s'appelle « Chez Kabyle ».

Alors si vous montez à « la capitale », passez me voir !

On mangera un Couscous royal et à la fin, un bon Nerh Nerh, un thé à la menthe !

 

Et souvenez-vous :

Au-delà des différences, nous sommes tous une grande famille. Tout le monde fait partie de la famille !

 

 

 

 

FIN

Partager cet article

Repost0

commentaires